Category Archives

Posts in Uncategorized category.
Textile : renforcer la collaboration Maurice – Madagascar

Une forte délégation malgache du secteur du textile et de l’habillement est en visite à Maurice jusqu’au 17 juin. De haut vol, elle est menée par Gaétan Ramindo, directeur général de l’Industrie au ministère de l’Industrie du Commerce et de la Consommation, et inclura les
représentants de l’Economic Development Board of Madagascar, du Groupement des Entreprises Franches et Partenaires (GEFP), de l’International Trade Center (ITC), de la Société Nationale de Participation (SONAPAR) ou encore de l’United Kingdom Trade Partnership (UKTP) Madagascar. Si la visite officielle se soldera par la signature d’un accord de principe entre la MEXA et le GEFP, elle se déclinera trois jours durant par une session de travail approfondie entre les membres de MEXA et la délégation malgache pour échanger sur les meilleures pratiques et politiques entre les secteurs du textile et de l’habillement des deux pays, et des rencontres avec les principaux ministères, les ambassades ainsi que les institutions gouvernementales et du secteur privé afin d’élaborer les objectifs suivants : renforcer la collaboration régionale entre les deux pays et en faire le centre régional de l’Afrique pour l’approvisionnement.

Source

160 000 arrivées au premier trimestre: la MTPA affiche son optimisme

Les 158 818 touristes, qui ont foulé le sol mauricien de janvier à mars, sont un signe de bon augure pour la MTPA. La barre d’un million d’arrivées peut être atteinte, sauf imprévu, soutient le président de l’Association des hôtels de charme, Bissoon Mungroo.

Les différentes campagnes promotionnelles commencent à porter leurs fruits. En l’espace de trois mois, 150 236 touristes sont venus passer des vacances à Maurice et 4 739 sont venus pour affaires alors que 3 380 étaient en transit. Comparé à 2021, où seuls 2 772 touristes étaient au pays à la même période contre les 304 842 en 2020, soit avant la pandémie du Covid-19, les vacanciers marquent leur retour.

Le directeur de la Mauritius Tourism Promotion Authority (MTPA), Arvind Bundhun, affiche sa satisfaction. «Les trois premiers mois de l’année étaient des mois difficiles. Il faut se rendre compte qu’il y a eu l’effet Omicron et celui de la liste rouge écarlate. Janvier qui est d’habitude un très bon mois, a été, selon moi, mi-figue, mi-raisin. Après la sortie de Maurice de la liste rouge écarlate ou encore après l’Omicron, on a vu une certaine croissance bien pérenne au fil des mois. De février à mai, les chiffres ont augmenté.»

Maurice demeure dans la tête des voyageurs et il faut aussi profiter que certaines destinations sont encore fermées, avance notre interlocuteur. «On a multiplié nos efforts sur les marchés, et voilà les résultats.» La campagne se poursuit, et cette fois, c’est la Grande péninsule qui a été séduite. «La campagne Where Else but Mauritius nous donne déjà de beaux chiffres. Il ne faut pas oublier que l’Inde ne s’est ouverte que depuis deux mois.»

Quid du million de touristes à atteindre d’ici la fin de l’année ? Arvind Bundhun joue la carte de l’optimisme. «S’il n’y a pas de bémol, je ne vois pas pourquoi on ne pourra atteindre cet objectif.» Même constat de Bissoon Mungroo. Si, au début, il n’y pensait pas, aujourd’hui, la donne a quelque peu changé. «Toutefois, il ne faudrait pas qu’il y ait un contrecoup devant nous. Les différents variants qui surgissent à nouveau ou encore que la guerre en Ukraine ne se poursuive pas jusqu’en fin d’année. Pour le moment, c’est réalisable d’atteindre le million de touristes, si rien ne vient nous perturber.»

Mais l’arrivée des touristes ne veut pas toujours dire que tous les hôtels sortent gagnant. Le propriétaire de l’hôtel Manisa avance que ce sont surtout les hôtels cinq étoiles qui ont la cote actuellement. «Ils affichent complet. Déjà, on le voit à travers les profits qu’ils affichent. La raison est que ce sont surtout les personnes aisées qui sont à Maurice actuellement. Le marché moyen, comme celui de La Réunion ou encore de l’Afrique du Sud, n’arrive pas à venir ici. Faute de finances. Même les retraités français, qui venaient pour des vacances longues durée dans les hôtels trois étoiles, ne peuvent le faire actuellement, faute de moyens.»

Toutefois, il soutient que les hôtels arrivent néanmoins à sortir la tête de l’eau. Avec les grandes vacances qui se profilent, Bissoon Mungroo espère que les touristes répondront encore présent, et qu’aucun événement fâcheux ne viendra entraver la bonne marche de cette industrie qui essaie de reprendre son souffle.

Source

AWARDS DU TOURISME DURABLE : « FAIRE DE MAURICE UNE GRANDE DESTINATION VERTE »


Les lauréats des premiers Sustainable Tourism Mauritius Awards 2022 ont été couronnés ce mercredi 11 mai à l’hôtel Ravenala Attitude. Organisé pour la première fois par la Tourism Authority, ce concours vise à reconnaître et récompenser le travail effectué par les opérateurs du tourisme mauricien pour devenir plus durables.

Les Sustainable Tourism Mauritius Awards ont été organisés dans le cadre du projet Sustainable Island Mauritius (SIM) de la Tourism Authority (organisme étatique responsable des opérateurs touristiques), projet cofinancé par l’Union européenne.
La récompense du meilleur opérateur touristique dans le développement durable (Overall Top Sustainability Operator) est allée au groupe hôtelier Attitude. Ce prix supplémentaire a été décerné « pour honorer l’organisation qui, selon notre jury, s’est consacrée à aborder la stratégie durable dans le cadre de ses opérations quotidiennes », a déclaré la Tourism Authority dans son communiqué de presse.

« UNE GRANDE MAISON POUR NOTRE PEUPLE »

« Les gagnants sont récompensés pour avoir gardé à l’esprit leurs objectifs de développement durable ambitieux et réalisables dans leurs offres de loisir, leur hospitalité, leurs prestations et leurs opérations tout en jouant un rôle déterminant dans la reprise après la crise de la COVID-19. En reconnaissant des individus et des organisations exceptionnels et passionnés qui visent l’excellence grâce à leur engagement durable et des initiatives vertes, nous voulons inspirer d’autres membres de l’industrie à élever le niveau de leur jeu, afin qu’ensemble, nous puissions faire de Maurice une grande destination verte pour nos visiteurs et une grande maison pour notre peuple », a déclaré Avinash Gopee, président de la Tourism Authority.
Pour cette première édition, 115 candidatures ont été reçues et 20 ont été retenus comme finalistes dans les six catégories : Hôtel & Hébergement, Tour Opérateur et guide touristique, Opérateur de bateaux et d’embarcations de plaisance, Artisanat et produits locaux et Autres activités.

Les entreprises récompensées :

Boat & Pleasure Craft Operator (Opérateur de bateaux et d’embarcations de plaisance)

Gold Distinction: Zero Pollution e-Boat

Silver Distinction: Croisières Australes

Pro-Handprint Inspiration: Dolswim Ltd

Handicraft & Local Product (Artisanat et produit local)

Gold Distinction: The Good Shop

Silver Distinction: My Pop-Up Store

Bronze Distinction: Les Ruchers Senneville

Coup de Coeur du Jury: Cypraea

Other Business (Autres activités)

Gold Distinction: Bel Ombre Nature Reserve

Silver Distinction: Francois Leguat Reserve, Rodrigues

Bronze Distinction: BEM Recycling

Other Accommodation (Autre type d’hébergement)

Gold Distinction: La Vieille Cheminée

Silver Distinction: Origin Eco Chalet, Rodrigues

Hotel (Hôtel)

Gold Distinction: Lagoon Attitude

Silver Distinction: Ex aequo Veranda Tamarin & SALT of Palmar

Bronze Distinction: Heritage Le Telfair

Tour Operator & Tour Guide (Tour opérateurs)

Gold Distinction: Coquille Bonheur

Silver Distinction: Mautourco

Bronze Distinction: SummerTimes

Coup de Coeur du Jury: Eco Ballade, Rodrigues

Source

TOURISME RESPONSABLE : UN AWARD POUR MAURICE

LE WORLD TRAVEL MARKET (WTM) D’AFRIQUE, A ANNONCÉ LES GRANDS VAINQUEURS DU « WTM AFRICA RESPONSIBLE TOURISM AWARDS », LORS DE LA CÉRÉMONIE DES RÉCOMPENSES TENUE LE 11 AVRIL DERNIER EN AFRIQUE DU SUD. LE PROJET SUSTAINABLE ISLAND MAURITIUS (SIM), PILOTÉ PAR LA TOURISM AUTHORITY DEPUIS 2018, S’EST VU DÉCERNER LE « SILVER AWARD » DANS LA CATÉGORIE « DESTINATIONS BUILDING BACK BETTER POST-COVID ».

Ces awards sont avant tout une reconnaissance de l’immense travail abattu par les organisations et destinations pour promouvoir le tourisme responsable et durable. Ils viennent ainsi récompenser les initiatives exemplaires et innovantes en matière du tourisme responsable.
Vincent Degert, Ambassadeur de l’Union européenne, qui cofinance le projet SIM a déclaré « que l’Union européenne se réjouit de pouvoir s’associer à ce formidable exploit. Le projet Sustainable Island est devenu l’un des projets phares de l’Union européenne à Maurice ; il appuie la reprise du secteur touristique tout en misant sur son caractère durable à travers un tourisme plus vert et plus responsable. Les touristes européens, qui représentent la moitié du marché touristique mauricien, sont en effet attirés par l’authenticité dans sa dimension naturelle, culturelle et historique. A ce titre nous soutenons et favorisons des engagements forts de la part des opérateurs du secteur, tout au long de la chaîne de valeur, et ainsi de multiples initiatives vertes et durables. Les plus marquantes seront d’ailleurs prochainement récompensées début mai lors d’une cérémonie de remise des prix « Sustainable Tourism Mauritius Awards 2022 »

Source

Demandes rejetées: les entrepreneurs appellent à plus de flexibilité pour les prêts

Batsirai Rehabilitation Scheme. C’est un nouveau plan d’aide que met en place la Development Bank of Mauritius (DBM), en proposant des prêts allant jusqu’à Rs 500 000 aux planteurs avec un taux d’intérêt de 1 % et un remboursement sur une période de quatre ans avec un moratoire de 12 mois. Comme celui-ci, d’autres programmes ont été mis en place pour les entrepreneurs en difficulté en raison du Covid-19.

Bien que la demande de certains entrepreneurs pour ces prêts ait été approuvée, d’autres sont toujours en attente ou ont été rejetées, ce qui fait que des entrepreneurs sont toujours sans soutien. Ces problèmes sont décriés collectivement ou à titre individuel. Faisant un bilan des deux années pour poursuivre la nouvelle année, les entrepreneurs se font entendre comme ils le peuvent.

Maya Sewnath, la présidente de la SME Chamber, fait ressortir les longues procédures et les demandes rejetées ont tou- jours été décriées. «À chaque fois qu’on donne des schemes, certains entrepreneurs rentrent de la banque découragés en raison des critères. D’ailleurs, c’est la raison pour laquelle la SME Chamber agit comme facilitateur. Les entrepreneurs respectent les paiements comme la taxe, entre autres, et contribuent à l’économie. Il faut avoir un scheme convenable avec des critères flexibles, particulièrement en cette période de Covid-19, pour les aider à se relever.»

Elle avance qu’il faut comprendre qu’il y a eu deux années difficiles et qu’on ne peut pas mettre tous les entrepreneurs dans le même panier. Certains ont peut-être besoin d’un «grant», ou de beaucoup plus de flexibilité pour les prêts.

Dettes et pertes

Stéphane Maurymoothoo, le président de la Platform Ti Travayer et porte-parole des «self-employed», abonde dans le même sens. «Les self-employed travaillent dans plusieurs secteurs. Faisant face à différents types de problèmes, chaque secteur a besoin d’un apport différent. Au vu de leur situation, beaucoup sont dans l’incapacité d’avoir un prêt et sont en difficulté et restent sans assistance.» Il maintient qu’il a considéré tous les secteurs, par exemple les «self-employed» travaillant dans la construction, et qu’il n’y a pas que les pêcheurs ou les planteurs qui sont affectés par le mauvais temps. Selon notre interlocuteur, «il faut être à l’écoute des entrepreneurs et comprendre le problème pour leur apporter le soutien approprié»

En vue de la nouvelle me- sure pour les planteurs, Kreepalloo Sunghoon, le président de la Small Planters Association, craint la même chose. Il constate que beaucoup de planteurs sont déjà endettés et n’arrivent pas à honorer leurs dettes existantes et sont dans l’incapacité de prendre davantage de prêts. Depuis que Maurice est frappé par le Covid-19, dit-il, comme les autres entrepreneurs, les agriculteurs ont fait pas mal de pertes. Ce, en raison des vols, des restrictions sanitaires, entre autres. Certains se sont endettés, d’autres louant des terrains ne peuvent pas avoir de prêts… La décision est bonne mais il faut bien considérer l’introduction de la nouvelle aide et la capacité de remboursement des emprunteurs. Soit, définir une stratégie d’assistance.

«Endetté, incapable de remboursement, trop âgé… Donc, pas de prêt. Il faut revoir les critères pour donner un vrai soutien», insiste Maya Sewnath. Par ailleurs, nous avons contacté la DBM pour avoir des éclaircissements, nous sommes en attente d’une réponse..

Source